COVID19 – Brèves pensées d’un vendredi soir sur la terre

Dans le cadre de la crise que nous traversons, nous avons compilé les messages envoyés à nos clients sur la page https://safebrands.quebec/covid19/. Nous allons continuer à régulièrement mettre à jour ces informations et communiquer par courriel auprès de nos clients.

SafeBrands est une entreprise toujours détenue par fondateurs, nous existons depuis bientôt 23 ans allons traverser cette crise comme toutes les crises que nous avons connues depuis 1997. Nous nous appuyons sur une équipe formidable, qui fait vivre un esprit de famille et une solidarité de chaque instant.

Nous nous sommes mis en télétravail dès lundi 16 mars, et notre comité SQVT est devenu un comité SQVTT (Santé et Qualité de Vie au … Télétravail). Nous allons devoir tout, vous et nous, tenir la barre dans la tempête durant sans doute encore de longues semaines. Il faudra inventer des façons d’éviter de passer de son lit à son écran d’ordinateur et de rester en pyjama toute la journée, éviter de prendre 10 kilos en remplaçant le métro-boutot par le boulot-frigo. On trouve déjà cela pesant et pourtant cela fait une semaine à peine… dans quel état serons-nous dans 1 mois ?

Et je ne parle pas des deuils que nous affronterons forcément de près ou de loin.

Pour tenir il faut très vite inventer « la vie qui va avec ». Il faut profiter de ces instants pour créer du lien malgré tout, se recentrer sur un certain essentiel.

Et dans 3 ou 6 mois quand nous aurons franchi ensemble cette épreuve, on pourra enfin j’espère repenser le monde, un monde meilleur. Analyser ce que nous avons fait de mal dans la gestion de cette crise, comprendre pourquoi nous en sommes arrivés là, penser des politiques d’anticipation sanitaire en faisant fi des objectifs purement financiers dans lequel le monde s’enfonce depuis des années. Et écouter enfin davantage les scientifiques, oiseaux de mauvaise augure, empêcheurs de tourner en rond d’un capitalisme effréné.

Mais avant il va falloir tenir. Tenir des semaines ou des mois. Seuls ou en famille, mais très faibles par rapport à un scénario qu’on espérait ne jamais dépasser l’imagination et le talent des cinéastes.

Et ensuite penser au jour d’après, à cet instant où l’on aura le choix de basculer du côté de la réflexion, de la solidarité, de la réflexion environnementale, de l’avenir de nos enfants, ou alors rattraper la frénésie qui a été mise entre parenthèse durant quelques mois, foncer pour ne pas crever, ni réfléchir.

Cette crise nous fera peut-être réfléchir mais ce sera peut-être malheureusement pour une seule raison : elle touche les puissants de ce monde.

Quand un train déraille en Inde et fait 1000 morts, quand un tremblement de terre arrive en Chine et en fait 30000, quand une famine décime un pays d’Afrique, cela ne fait même pas 10 secondes sur BFM. Et c’est la triste réalité chaque année.

Aujourd’hui c’est nous que cela touche… et les marchés boursiers s’effondrent… et nous pouvons être directement touchés… Catastrophe

Pas assez de masques ? Pas de vaccins ? Pas assez de lits ? Pas assez de respirateurs ? On ne peut pas dire qu’on ne savait pas, « on » n’a juste pas considéré que prévoir le pire était une priorité, qu’anticiper ce qui était prévisible était vital. « On » a laissé s’effondrer le système public. « On » a ait des arbitrages budgétaires sans se soucier de l’Humain.

On sauve les banques en 2008, c’est facile, il suffit de rajouter des dollars et de baisser les taux. Sauver l’Humanité de quelque chose que les financiers ne maitrisent pas est plus complexe. Tant que nos dirigeants auront plus à coeur de détendre un indice boursier que notre avenir, rien ne s’arrangera.

On sera moins nombreux sur terre dans 3 ou 6 mois, espérons qu’on sera meilleurs.

Prenez soin de vous.

Charles Tiné
PDG et Fondateur de SafeBrands