Linkedin banni en Russie

Le réseau social LinkedIn a été bloqué en Russie

Suite à la mise en application d’une décision de justice, LinkedIn a été bloqué sur le territoire de la Fédération de Russie le 17 novembre dernier. Le Roskomnadzor (le service fédéral de supervision des communications, des technologies de l’information et des médias de masse) a porté plainte contre ce réseau social pour violation de la loi sur la protection des données personnelles. Le Roskomnadzor a notamment pour mission de veiller au respect des lois protégeant les données personnelles et gère également le registre unitaire des sites Internet interdits en Russie. La loi fédérale N 152-FZ du 27 juillet 2006 définit les données personnelles comme toute information relative à une personne physique déterminée ou déterminable directement ou indirectement.

Les juges de première instance ont condamné LinkedIn le 04 aout 2016 pour violation de la nouvelle loi sur la protection et les traitement des données personnelles relatives aux ressortissants russes, qui impose que ces données soient stockées sur des serveurs situés sur le territoire de la Russie. Cette décision de justice a été confirmée en appel le 10 novembre dernier. LinkedIn a déjà demandé à rencontrer les représentants du Roskomnadzor. En attendant, ce réseau social reste bloqué et environ 6 millions de russes ne peuvent pas accéder à leurs comptes depuis la Russie.

La nouvelle loi sur les données personnes N 242-FZ du 21 juillet 2014 est entrée en vigueur le 01 septembre 2015. Cette loi controversée comporte quelques imprécisions et son application en pratique restait assez floue. LinkedIn semble être la première entreprise condamnée en application de cette loi. De nombreuses entreprises étrangères (dont Facebook, Twitter et Google) n’ont pas encore transféré en Russie le stockage des données personnelles des ressortissants russes.

Reste à savoir si les précisions vont permettre d’éviter tout blocage supplémentaire… LinkedIn devrait pouvoir s’entretenir dans les prochains jours avec les autorités, afin de tenter de trouver une issue favorable prompte permettant une levée de l’indisponibilité actuelle du site.