Bien référencer son nom de domaine à l’étranger

Déposer sa marque dans plusieurs extensions pays est le refrain préféré des bureaux d’enregistrements de noms de domaines (« registrars »). Forcément, cela nous génère plus de revenus ! Cependant, cette stratégie de nouveaux enregistrements permet d’être visible sur les marchés d’exports. Preuves à l’appui !

Les rois du SEO (« Search Engine Optimization » pour les analphabètes du marketing, soit les techniques d’optimisation pour les moteurs de recherche) regardent attentivement comment référencer au mieux leurs sites quand ils souhaitent attaquer de nouveaux marchés.

La règle numéro 1 est d’acheter l’extension pays correspondant à votre cible. Pourquoi ? Jouons un peu. Étudions par exemple nos voisins belges et suisses. En grande partie francophone, facilement livrables, ces deux pays sont souvent de bons tests pour une société française qui souhaite exporter.

96 % de .CH parmi les meilleurs résultats de Google.CH

De la même façon que Google.FR règne sur la France, nos amis ont leurs propres versions nationales de Google soit le .BE et le .CH. Afin d’être assuré d’obtenir du contenu de leurs pays, les internautes belges et suisses utilisent beaucoup plus que les français, le critère page Belgique ou Suisse.
Cette méthode de recherche sur un Google .PAYS valorise énormément les extensions nationales, encore plus avec le critère page pays.

Cinq requêtes aussi génériques que « emploi », « immobilier » « shopping » « vacances », ou « voiture » ont été réalisées sur Google.BE. Conclusion, 88 % des cinq premiers résultats étaient des sites en .BE (Belgique). Sur google.CH, 96 % !
Vérifiez par vous-même. Rendez-vous sur Google.BE et essayez « immobilier ». immoweb.be, immoscan.be et immotransit.be trustent les premières places (cf illustration).

Même les liens publicitaires sont en .PAYS. Expedia.BE, Club-Med.CH, Logic-Immo.BE, Nissan.CH, Peugeot.CH viennent s’afficher sans leurs .COM dans les google nationaux des frontaliers.

Pourquoi Google référence t-il aussi bien ses sites ? C’est déjà dans ses gênes. Presque chaque Google national a son extension pays (.CN, .DE, .ES, .IT, .CO.UK…). Difficile de prêcher contre sa propre paroisse. Pour Google, la perception de l’internaute d’un site dans son extension pays est plus rassurante. Même si les règles des noms de domaine n’empêchent aucunement un français de déposer un .CH ou un .BE !

Vous l’aurez compris. Il est beaucoup plus facile d’enregistrer un .Pays (le seul justificatif est souvent une carte bleue) que de tenter de référencer votre .FR ou même votre .COM dans le pays visé en question. En plus de protéger votre marque, vous gagnez réellement en référencement. Votre « registrar » ne vous a pas menti. C’est peut être pour cela que les marques étrangères communiquent en .FR en France ! (lire notre chronique à ce sujet)

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur les noms de domaine et le référencement.